La peur de ma vie

Home/Uncategorized/La peur de ma vie

La peur de ma vie

    Je viens de finir « La Peur » de Zweig, un excellent recueil de nouvelles explorant le domaine de cette sensation si désagréable qui nous suit comme notre ombre. On connaît tous la peur, celle de l’obscurité, celle du prochain, celle de l’avenir, celle d’un entretien. Mais qui a déjà  ressenti la vraie peur, la viscérale, celle qui nous glace les os, nous paralyse, nous rend muet, celle qui nous fait percevoir pour la première fois la fragilité de notre existence, nous fait même présager la fin de celle-ci ?

    Je l’ai connue. C’était en Yougoslavie.

    On était en 1998. J’habitais encore en Autriche mais me préparais déjà à partir pour les Etats-Unis. Après deux ans de fréquentation de la population balkanique réfugiée dans le pays de Sissi, j’avais décidé d’aller visiter la Yougoslavie afin de vérifier certains faits par moi-même (et du fait crédibiliser l’histoire d’un de mes manuscrits). Munie de deux valises, j’achetai un Euro-rail ticket qui devait me permettre de voyager librement en train dans l’est de l’Europe. Après la Hongrie et la Roumanie, je traversai toute la Yougoslavie pour parvenir au Monténégro où les flics m’escroquèrent à deux occasions 50DM (mon serbo-croate étant loin d’être parfait, j’imagine qu’ils avaient dû voir en moi la proie idéale pour arroser leur beuverie de la journée). A mon retour, après quelques jours passés à Belgrade chez une fille que j’avais rencontrée à un concert d’Aca Lukas, j’attendais le train qui me conduirait à Budapest. La guerre au Kosovo était imminente mais à l’époque je l’ignorais, ayant épargné à mon existence des deux dernières années le bourrage de crâne usuel de la télé et des journaux (pardon à mes amis journalistes).

     Exténuée après six heures d’attente à la gare, je me traînai à l’intérieur du train, choisis mon compartiment puis m’allongeai sur ma couchette. Immédiatement le sommeil embruma mon esprit et je m’endormis.

    C’est alors qu’au milieu de la nuit, je me réveillai d’un bond, surprenant du coup les deux voleurs qui s’étaient introduits en douce dans mon wagon. Essentiellement éclairés par leur lampe de poche, je devinai plutôt que je vis deux monstres au crâne rasé, une main en direction de mes valises, qui hésitaient quant à leurs réactions. Pendant un quart de seconde, je réalisai l’absurdité de ma situation : je me trouvais en Yougoslavie, seule, dans un minuscule compartiment, à quelques centimètres de deux géants qui devaient débattre mentalement de mon sort. Je savais que s’ils éteignaient leur lampe de poche, seul un miracle pourrait me sauver. Pour la première fois de ma vie, je perdis le contrôle. La peur se glissa dans mes veines pour me geler les os me paralysant sur le coup. Tout mon corps exsudait la terreur. Etouffée par la panique, le corps secoué de spasmes, je ne respirais plus que par petites bouffées désespérées. C’est fini, pensais-je, ils vont me violer, m’assassiner, jeter mon corps dans les fourrées et mes amis croiront que je les ai abandonnés et mes parents croiront que je les ai oubliés et…

    Heureusement l’un d’eux, s’imaginant peut-être que j’allais me mettre à crier, sortit une carte de sous son blouson. Il me la présenta rapidement en criant:

    -Policija, policija.

    Vous imaginez bien que je n’en crus pas un mot, mais je m’abstins de leur faire partager mes doutes (quoique dans ce genre de pays je me méfiais davantage des uniformes vu l’expérience récente que j’en avais eue).

    -Passeport, passeport, continua-t-il.

    En tremblant, je sortis celui-ci de la pochette que j’avais enroulée autour de ma taille, me maudissant d’avoir l’air d’une si stupide touriste avec sa stupide banane et sa ridicule nuisette. Alors qu’il s’emparait de celui-ci, je vis son collègue approcher sa main d’un de mes sacs. Transportée par l’effroi, aveuglée par la terreur, je sautai sur mon bien que j’étreignis du mieux que je pus. L’homme maugréa dans sa barbe en rejoignant son collègue qui consultait mon passeport avec attention.

    -Francuskinha, souffla-t-il à son complice. Il me rendit le passeport en me disant quelque chose que je ne compris qu’à moitié, mais comme il m’indiquait la serrure, je devinai qu’il me conseillait de fermer la porte à clé parce que des voleurs rôdaient dans le coin et risquaient de me surprendre la nuit. Les bandits ne manquent pas d’humour dans ce pays.

    Evidemment, à peine sortis, je sautai de mon lit et barricadai la porte avec tout ce que j’avais sous la main, c’est-à-dire pas grand chose, étant donné que le compartiment se résumait à deux couchettes. Finalement, comme le soleil se levait, je partis à la recherche du contrôleur que je trouvai, bourré, débraillé, affalé sur une chaise. Tout le long de mon récit, il m’écouta, un sourire aviné sur les lèvres. Il en incomba la faute aux kosovars et refusa obstinément de chercher mes agresseurs -qui ne m’avaient pas vraiment agressée, me fit-il remarquer, donc il y avait du bénéfice du doute dans l’air-, puisqu’à cet effet il aurait dû lever son corps imbibé d’alcool de son support, et, pour l’instant, même l’arrivée de Pamela Anderson en personne, dont tous les hommes gardaient amoureusement une photo dans leur portefeuille, ne pourrait lui faire prodiguer un tel effort.

    Je retrouvai donc mon compartiment, heureuse d’être en vie et réalisant progressivement que je venais d’avoir ce qu’on nomme si correctement: « la peur de ma vie »

By | 2017-11-05T05:58:30+00:00 mai 1st, 2015|Uncategorized|2 Comments

2 Comments

  1. vi_fr@outlook.com'
    drina 10 mai 2015 at 13 h 14 min - Reply

    J’ai eu la peur de ma vie en ex-Yougoslavie aussi (désolée … surement une coïncidence car les gens y sont tout à fait charmants et accueillants), en revanche pas dans un train mais lors d’un petit flirt un soir d’été au bord de la rivière Drina.
    En lisant ton post, je revois précisément le moment où tu crois que c’en est fini pour toi et que ta première pensée est : pourvu qu’ils retrouvent mon corps pour que mes parents puissent faire leur deuil !!!
    C’est fou non de penser à notre famille à ce moment là plutôt que de penser à se mettre sous la main un objet contendant pour assommer le dit « danger » ?
    Quoiqu’il en soit, le bon côté des grosses peurs qui se terminent bien c’est qu’elles donnent de bonnes leçons.
    Leçon n° 1 : ne JAMAIS aller flirter ni au bord d’une rivière, ni où que ce soit avec un inconnu fraichement rencontré.
    Merci de me l’avoir rappelée. Sur ce, je vais aller discuter un peu avec ma fille.

    • Gipsy Paladini 10 mai 2015 at 15 h 08 min - Reply

      A vrai dire, je ne peux pas dire que ça m’ait servi de leçon parce que cela n’a pas été ma dernière mésaventure, mais c’est vrai qu’on se dit quand même qu’il y a une part de chance dans la finalité des évènements. Combien de filles, dans l’exacte même situation, ont eu un sort tragique… je me demande à quoi cela tient. Mais tu as raison, moi aussi je vais aller parler à ma fille 🙂

Leave A Comment

%d blogueurs aiment cette page :