Quand l’habit fait quand même un peu le moine…

Home/Etats d'âme/Quand l’habit fait quand même un peu le moine…

Quand l’habit fait quand même un peu le moine…

l-habit-ne-fait-pas-le-moine-ou-la-coiffe-ne-fait-11299730L’importance de l’apparence.

Sous le flux de livres et de films qui sortent chaque jour, on ne dira jamais l’importance de la couverture/affiche et du titre de l’œuvre. Si on dit que l’habit ne fait pas le moine, il faut néanmoins concéder qu’un bon titre ou une bonne couverture permet de susciter l’intérêt. En tant qu’auteur, je peux vous dire qu’on se tire souvent plus les cheveux à trouver un fichu titre qu’à écrire un bouquin de 300 pages. Je tire donc mon chapeau à certains confrères qui ont su trahir par leur titre l’ambiance de leur oeuvre. En voici quelques uns :

Les petits mouchoirs / Rien ne s’oppose à la nuit / Le bruit des glaçons / Sur ma peau (l’histoire d’une journaliste qui a la fâcheuse tendance à se scarifier) / Nager sans se mouiller / La fille qui rêvait d’un bidon d’essence et d’une allumette / Le dernier pour la route / De battre mon cœur s’est arrêté / A l’abri de rien / La piel que habito / Polisse / La bouffe est chouette à Fatchula / L’ombre du vent / L’écume des jours / Les âmes grises / Lait noir (sur une jeune mère auteure qui tente de concilier maternité et créativité) / Souvenir d’un pas grand chose / Au sud de nulle part / J’irai cracher sur vos tombes / L’insoutenable légèreté de l’être / Regarde les hommes tomber / Les chiennes savantes, teen spirit, bye bye blondie, en clair, tous les Despentes… / Mémé goes to Hollywood, La vieille qui voulait tuer le Bon Dieu… Nadine Monfils est imbattable pour ses titres et ses couv’. / Sons of Anarchy (désolée, fallait que je le glisse quelque part celui-là) / J’aime bien les longs titres aussi: Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi / Je tue les enfants français dans les jardins (gloups!)/ Puis pour finir en beauté : « Docteur Folamour, ou: Comment j’ai appris à ne plus m’en faire et à aimer la bombe » (ouah, je suis allée le chercher loin, celui-là).

J’en oublie des tonnes, et on sait qu’un bon titre ne fait pas forcément une bonne oeuvre, mais eh, avouons-le, ça en jette quand même…

 Et vous, un titre qui fait tilt ?

By | 2015-04-08T16:16:33+00:00 avril 7th, 2015|Etats d'âme|2 Comments

2 Comments

  1. isaac.frelon@gmail.com'
    Isaac Frelon 8 avril 2015 at 14 h 12 min - Reply

    C’est une question très intéressante ! Je suis bien placé pour savoir que le choix de la couverture et du titre est très important ! Vous avez de très bonnes références ! J’ajouterai, pour leur franchise et leur folie : « journal d’un vieux dégueulasse » de Bukowski ou les titres de Dani Laferrière comme « comment coucher avec un nègre sans se fatiguer ». J’adore « Dieux vous hait tous » le faut roman de Hank Moody dans Californication.

    Le cas inverse est tout aussi vrai : « Guide du loser amoureux » de Diaz dont le contenu est bien mieux que le titre.

    Merci pour cet article

    Isaac

  2. Gipsy Paladini 8 avril 2015 at 19 h 23 min - Reply

    Ah oui, Isaac. Ceux-là sont pas mal aussi. Je ne connaissais pas Dani Laferrière. J’aime beaucoup. C’est vous « 30 ans. Célibataire. Un enfant. Permis B »? Si oui, ça rentre dans la liste !
    A bientôt.
    Gipsy

Leave A Comment

%d blogueurs aiment cette page :